Infolettre diocésain du 16 juin 2020

 
Du bureau de l'évêque
 
Dimanche le 14 juin 2020, Mgr Jodoin a confirmé 11 jeunes adultes de différentes communautés chrétiennes. Par la même occasion, certains ont aussi fait leur première communion.  Le tout se déroula à la Cathédrale de Bathurst. Ces jeunes ont suivi le programme de catéchuménat du diocèse.   Nous vous les présentons :  Angel Power (Tracadie), Brice Kamdem (Bathurst), Justin Albert (Néguac), Manuella Harold Mefanyo (Shippagan), Marbin Djiotsa Dongmo (Bathurst), Martin Sonier (Tracadie), Maxime Basque (Sheila), Pamela Vienneau (Sheila), Steven LeBreton Duguay (Sainte-Rose) Tommy Comeau Fournier (Rivière-du-Portage) et Ulrich Tshakam Tamo (Bathurst).  Nous nous réjouissons avec eux d’avoir vécu ces beaux sacrements d’initiation chrétienne.  Que le Seigneur qui vient de les combler de son esprit les accompagnent tout au cours de leur vie.
 
 
Nouvelles du clergé

Aucunes nouvelles
  
 
Nouvelles des communautés religieuses
 
Aucune nouvelles
 
 
Nouvelles à partager

Accroche-toi à ce qui est bon
 
La vie poursuit son œuvre et fait appel à la créativité, même en pandémie.  J’apprécie le cadeau de chaque jour en respirant l’air frais jusqu’à ce que la joie m’effleure.
 
Je me lève chaque matin en faisant attention de ne pas tout garder en-dedans, comme dit le message des médias.  J’apprends que nous sommes devenus responsables de ceux que nous aimons, et même ceux que nous aimons moins.
 
Dans mon confinement, j’écris un texte sur la mort, un regard sur l’achèvement de la vie.  S’il est publié, ce sera mon 12e ouvrage.
À chaque semaine, j’écris quelques lettres de consolation à mes amis(e)s éloigné(e)s et des appels téléphoniques aux plus proches.
Il m’arrive de préparer un repas au homard à une personne ayant de la difficulté à se servir de ses mains.  J’ai conduit un vieillard à l’hôpital.
 
Je marche le plus souvent possible en méditant.  Je prends plus soin de moi en allant moins vite dans mes gestes et déplacements.  Surtout, je ne prends plus les choses de la vie comme acquises.
 
À quelques minutes de mon logement, il y a une passerelle, près de l’eau ; en plein air, je réfléchi.  Le matin de mon anniversaire, j’étais seul et je pensais à la chance d’être en santé, âgé de 85 ans.  Je pensais à ceux qui m’ont donné la vie.  Papa et maman sont décédés dans la cinquantième année de leur vie, laissant 12 enfants orphelins.
 
En regardant tout ce que j’ai, oubliant ce que je n’ai pas eu, je me sens comme un homme riche, même si je vis avec ma pension de vieillesse et le supplément de revenu garanti.
 
Je suis en état de remerciement afin de vieillir sans regret et sans avoir peur de l’avenir, en évitant de pleurer sur mes souvenirs pénibles d’antan.  Avec un âge avancé, j’ai encore le temps de vivre heureux et donnant sans attendre en retour.  Vieillir en beauté, c’est vieillir en étant content de soi, et quand viendra le dernier jour, le point de non-retour, ce ne sera qu’un au-revoir !
 
Léon Robichaud

 
Dans nos paroisses... sur nos bulletins
 
Aucune nouvelles