Les évêques

Monseigneur Barry ( 1902-1920 )

mgr barryMonseigneur Thomas Barry, qui succéda à monseigneur Rogers, était né à Pokemouche au Nouveau-Brunswick,  le 3 mars 1841, fils de Thomas Barry et de Mary Hamon. Il étudia à Montréal où il fut ordonné par monseigneur Ignace Bourget le 5 août 1866. Ses différentes nominations le conduisirent dans toutes les régions du diocèse. En tant que curé de Bathurst, c'est lui qui fera construire la belle église en pierre qui deviendra la cathédrale de son successeur.

L'épiscopat de monseigneur Barry fut marqué par la réouverture du collège de Chatham, désormais appelé collège Saint-Thomas, et par l'arrivée des pères Basiliens qui en prendront charge en 1910. Ils y demeureront jusqu'en 1923. Le collège de Caraquet ayant brûlé, les pères Eudistes, après quelques réticences de la part de monseigneur Barry, le transférèrent à Bathurst en 1916. Sous l'instigation de l'évêque, les Hospitalières ouvrirent l'Académie Sainte-Famille à Tracadie en 1912, afin d'offrir une éducation secondaire catholique aux jeunes filles de la région.

Les lois antireligieuses de France provoquèrent l'arrivée dans le diocèse des pères Trappistes en 1902, et des soeurs Trappistines en 1905, à Rogersville. Les Filles de Jésus les suivront en 1903 à Rogersville, Dalhousie, Chatham ( résidence épiscopale ) et Bathurst ( presbytère ). Les Religieuses de Jésus-Marie arrivèrent à Lamèque en 1918, pour s'occuper de l'éducation de la jeunesse. Au Madawaska, les Filles de la Sagesse vinrent, en 1904, prêter main-forte aux Hospitalières qui assumaient seules l'éducation française et catholique dans cette région depuis 1873.

A la mort de Monseigneur Barry, le diocèse de Chatham comptait 98 952 catholiques dont 81 729 étaient de langue française. Il y avait alors soixante-seize prêtres de langue française et vingt-cinq de langue anglaise; treize couvents de femmes dont quatre de langue anglaise et deux communautés religieuses masculines de langue française. Il était évident que la partie française du diocèse s'était beaucoup développée. Les comtés limitrophes au Québec, Restigouche et Madawaska, avaient accueilli de nombreux Québécois. A la suite de la fondation du collège Saint-Joseph, et plus tard, de celles du Collège Sainte-Anne de la Pointe-de-l'Église et du collège du Sacré-Coeur à Bathurst, de jeunes Acadiens, en nombre croissant, purent s'instruire et prendre leur place dans la société et dans l'Église. Les couvents de femmes jouèrent aussi un grand rôle dans la conservation de la langue française et de la loi catholique dans cette région de la province.

 

Monseigneur Patrice-Alexandre Chiasson ( 1920 - 1942 ), premier évêque acadien

mgr patrice alexandre chiassonMonseigneur Patrice-Alexandre Chiasson est né à Grand-Étang, au Cap-Breton, le 26 novembre 1867. Il avait à peine cinq ans quand ses parents, Olivier Chiasson et Angèle Haché, vinrent s'établir à Rogersville, alors colonie naissante. Monseigneur Marcel-François Richard eut tôt fait de remarquer ce jeune homme qui avait choisi la profession d'enseignant. Il l'encouragea donc à poursuivre ses études au collège de la Pointe-de- l'Église, en Nouvelle-Écosse. Ses études terminées, Patrice-Alexandre entra dans la congrégation des Eudistes et fut ordonné prêtre à Rennes en France, le 8 juin 1898. De retour au Canada, il se consacra à l'éducation de la jeunesse au collège Sainte-Anne dont il devint le supérieur en 1908. Son mandat n'était pas encore terminé quand Benoit XV le nomma évêque de Lydda et lui confia le vicariat apostolique du golfe Saint-Laurent. Il fut sacré évêque le 13 octobre 1917 à la Pointe- de-l'Eglise, par le Cardinal Bégin, archevêque de Québec, assisté de monseigneur McCarthy, archevêque de Halifax et monseigneur Edouard LeBlanc, évêque de Saint-Jean.

Monseigneur Chiasson eut à coeur le développement social et spirituel de son peuple. A cet effet, il fonda, à Bathurst, une maison de retraites fermées et joua un grand rôle dans l'établissement du sanatorium Notre-Dame de Lourdes et de l'Hôtel-Dieu de Saint-Joseph. A sa demande, des cours d'été furent institués à l'Université du Sacré-Coeur à Bathurst, à l'intention des professeurs acadiens et il appuya fortement la fondation de l'Association Acadienne d'Education. Il mit sur pied toute une organisation d'Action catholique dans son diocèse et s'occupa aussi de recrutement vocationnel. C'est lui qui aura la joie d'ériger canoniquement la congrégation des Filles de Marie de l'Assomption le 29 mai 1924, fondée le 8 septembre 1922 par l'abbé Arthur Melanson, futur premier archevêque de Moncton. Les Religieuses de Notre-Dame du Sacré-Coeur, autre congrégation acadienne fondée en 1924, s'installèrent à Petit-Rocher durant son mandat. Le mouvement coopératif prit aussi un grand essor grâce à l'appui de monseigneur Chiasson et au zèle de l'abbé Livain Chiasson, curé de Shippagan et d'un groupe de laïcs engagés.

Le 31 janvier 1942, monseigneur Patrice-Alexandre Chiasson décédait à l'âge de 74 ans après 21 ans d'épiscopat. Lors de la création du diocèse de Moncton, le comté de Kent et une partie francophone du comté de Northumberland avaient été détachés du diocèse de Bathurst pour faire partie du nouvel archidiocèse.

 

 Monseigneur Camille-André LeBlanc ( 1942 - 1993 )

mgr camille andre leblancMonseigneur Arthur Melanson étant décédé peu de temps après monseigneur Patrice-Alexandre Chiasson, Rome dut nommer à la fois un archevêque et un évêque acadiens. La liesse fut grande en Acadie en ce 8 septembre 1942, quand monseigneur IIdebrando Antoniutti consacra les deux élus, monseigneur Norbert Robichaud et monseigneur Camille-André LeBlanc et lança son vibrant "Surge, Acadia mia!" ( Le rêve de monseigneur Marcel Richard s'était enfin réalisé. )

Monseigneur LeBlanc fut installé le 9 septembre 1942 par monseigneur Antoniutti. Camille-André LeBlanc est né à Robichaud Office, paroisse du Barachois, le 25 août 1898, du mariage d'Alphée LeBlanc et de Zélica Léger. Il fit ses études au collège Sainte-Anne où il eut  comme professeur le père Patrice-Alexandre Chiasson. Ses études théologiques terminées au Séminaire de Halifax, il fut ordonné prêtre le 5 avril 1924 par monseigneur Edouard LeBlanc.

L'épiscopat de monseigneur LeBlanc, se situant surtout en période d'après-guerre, sera témoin d'un grand essor démographique, économique, social et religieux. En 1945, 40 000 catholiques du diocèse de Bathurst passeront au nouveau diocèse d'Edmundston avec monseigneur Marie-Antoine Roy comme premier titulaire. Le 9 février 1959, le secteur anglophone de la Miramichi se séparera de Bathurst pour s'annexer au diocèse de Saint-Jean. Quinze paroisses furent affectées par ce changement.

Au cours de ses vingt-six années comme évêque, monseigneur LeBlanc érigea dix-neuf nouvelles paroisses, autorisa la construction de trente églises, de six nouveaux hôpitaux et d'un foyer. Il admit cinq nouvelles communautés d'hommes dans le diocèse : les Capucins en 1946, les Salésiens en 1947, les Missionnaires de La Salette en 1948, les Frères du Sacré-Coeur en 1948 et les Frères de l'Instruction Chrétienne en 1945 et cinq communautés de femmes : les Ursulines en 1945, les Servantes du Clergé en 1948, les Soeurs des Saints Coeurs de Jésus et de Marie en 1949, les Salésiennes en 1943 et les Servantes du Saint-Sacrement en 1960. Un institut séculier fut fondé à Bathurst par le père Pascal, capucin, les Franciscaines du prêtre et de l'Action catholique. Monseigneur LeBlanc eut le bonheur d'ordonner quatre-vingt nouveaux prêtres tandis que le nombre de religieux, prêtres et frères s'élevait en 1969 à cent soixante-quinze et celui des religieuses à cinq cent cinquante.

En 1963, monseigneur LeBlanc fonda le Petit Séminaire Saint-Charles à Bathurst. Quand il était curé à Shemogue, il avait mis sur pied la première coopérative acadienne; en tant qu'évêque, il encouragea donc fortement le mouvement des Caisses populaires et des Coopératives. Monseigneur favorisa aussi l'Action catholique dans son diocèse, réunit deux synodes diocésains et assista au Concile Vatican II. Ayant atteint l'âge de 70 ans, il donna sa démission le 10 janvier 1969, peu de temps après avoir fêté ses vingt-cinq ans d'épiscopat. Il fut aumônier à l'hôpital de l'Enfant-Jésus de Caraquet. Il est décédé en 1993.

 

Monseigneur Edgar Godin ( 1969 - 1985 )

mgr godinLe cinquième évêque de Bathurst est né à Fair Isle, paroisse de Néguac le 31 mai 1911, fils de Joseph Godin et de Marguerite Breau. Il fit ses études secondaires à l'Université du Sacré-Coeur de Bathurst et ses études théologiques au Grand Séminaire de Halifax. Ordonné prêtre par monseigneur Patrice-Alexandre Chiasson le 15 juin 1941, il poursuivit ses études en droit canonique à l'Université Laval et à la Grégorienne de Rome, où il obtenait un licence en droit canonique en 1947. Il a été successivement vicaire, prédicateur de retraites, vice-chancelier, chancelier, vicaire général et aumônier à l'Hôtel-Dieu de Bathurst, poste qu'il occupa jusqu'à sa nomination comme évêque de Bathurst le 12 juin 1969. Monseigneur Emmanuele Clarizio, délégué apostolique, lui conféra l'ordination épiscopale le 25 juillet, à la cathédrale du Sacré-Coeur de Bathurst.

C'est à monseigneur Godin surtout que reviendra la tâche  de mettre en application les orientations du Concile Vatican II. Le défi était grand  puisqu'il allait de pair avec une crise dans la société et dans l'Eglise. Dès ses débuts, il se dota d'un conseil presbytéral et encouragea la formation de conseils de pastorale aux trois nouvelles paroisses et conféra l'ordination sacerdotale à dix-huit nouveaux prêtres. Le diocèse comptait alors cinquante-sept paroisses et treize  missions avec quatre-vingt-cinq prêtres diocésains et vingt-trois religieux pour les desservir. 

Pendant son épiscopat de seize ans, monseigneur Godin aura été témoin de grands changements dans la société, lesquels eurent leur répercussion dans l'Église. Plusieurs institutions diocésaines d'éducation fermeront leurs portes ou seront transformées : le collège des pères Eudistes passera à une administration laïque avant de disparaître complètement au profit d'un collège communautaire abritant un Institut de technologie. Les deux collèges féminins, celui des Religieuses de Jésus-Marie à Shippagan et celui des Filles de Marie de l'Assomption à Bathurst ont disparu et ont fait place au Centre Universitaire de Shippagan, une constituante de l'Université de Moncton. Toutes les écoles privées - académies et pensionnats - dirigées par les religieuses ont fermé leurs portes à la suite de la restructuration du système scolaire et l'apparition des polyvalentes. Le Petit Séminaire Saint-Charles, quant à lui, n'eut que quelques années d'existence. Les juvénats des Frères du Sacré-Coeur et des pères Eudistes sont également disparus. Ce dernier est devenu un centre de ressourcement spirituel pour retraites et sessions. Les oeuvres caritatives aussi ont subi un changement. Quelques hôpitaux sont devenus la propriété du gouvernement, mais les Hospitalières de Saint-Joseph administrent encore un foyer et deux hôpitaux et les Filles de Jésus, un troisième hôpital.

À ce moment, plusieurs religieuses et quelques frères enseignent encore dans les écoles publiques, quoique leur nombre ait beaucoup diminué. Par contre, un bon nombre de religieuses travaillent en catéchèse, à l'office de la famille, au tribunal matrimonial, en pastorale hospitalière, en pastorale paroissiale et dans des milieux défavorisés. Depuis quelques années, trois centres d'accueil pour femmes en difficulté ont été ouverts par deux communautés différentes.

La vitalité de la vie religieuse se manifeste, entre autres, par la naissance de nouveaux mouvements ou nouvelles associations, tels le Renouveau conjugal, le Mouvement des cursillos et celui des "Teen Encounter", la Rencontre, le Renouveau charismatique, Foi et Partage, les sessions Alpec, la Vie montante, Jeunes du monde, le Mouvement des femmes chrétiennes, Développement et Paix, Bien-Etre et santé et d'autres moins nouveaux tels les Chevaliers de Colomb, les Filles d'Isabelle, la Catholic Women's League, Service d'orientation des familles, Scoutisme et Guidisme. Même si la pratique religieuse a connu une certaine baisse au cours des années soixante-dix, cette baisse n'a jamais connu une proportion alarmante.  Le pélerinage annuel à Sainte-Anne du Bocage attire des milliers de personnes, et la neuvaine qui le précède est suivie avec ferveur et est retransmise par la radio locale. Un autre signe d'espérance pour monseigneur Godin est l'augmentation du nombre des séminaristes. 

Les organismes de pastorale du diocèse comprennait un centre pastoral, la pastorale des vocations, la pastorale de la santé, du tourisme et la pastorale missionnaire, ainsi que l'office de la famille. Il existait également une commission des religieux et des religieuses au niveau diocésain. Somme toute, le diocèse semblait s'être assez bien engagé sur la voie tracée par Vatican II.

Monseigneur Edgar Godin, qui s'est toujours intéressé à l'histoire, aurait été heureux d'organiser la célébration de ce 125e anniversaire du diocèse. Malheureusement, la mort est venue le prendre, après une courte maladie, le Samedi saint au soir, 6 avril 1985. Il était âgé de 73 ans et 11 mois et avait servi 16 ans comme évêque.

 

Monseigneur Arsène Richard ( 1986-1989 )

mgr arsene richardMonseigneur Arsène Richard est né à Saint-Louis-de-Kent le 9 mai 1935, fils de Basile Richard et Joséphine Richard. Après ses études primaires à Saint-Louis-de-Kent, il fit son cours classique à l'Université du Sacré-Coeur de Bathurst de 1949 à 1956 et ses études théologiques au Séminaire Saint-Coeur-de-Marie, de Halifax, de 1956 à 1960. Il a été ordonné prêtre par Son Excellence monseigneur Norbert Robichaud le 11 juin 1960 dans sa paroisse natale. Après son ordination, il a été professeur au Collège de l'Assomption, directeur des étudiants au Centre étudiant Pie X de Moncton.

Il a ensuite poursuivi des études en liturgie à l'abbaye Saint-André, à Bruges, en Belgique de 1964 à 1965. De 1965 à 1966 il fit ses études en catéchèse à l'Institut catholique de Paris. De retour dans son diocèse, il a été nommé directeur diocésain de catéchèse le 10 septembre 1967, poste qu'il occupa jusqu'au 27 juillet 1984. Outre cette fonction au niveau diocésain il a été vicaire dominical en la paroisse du Christ-Roi en 1970. En 1971 il est nommé responsable de la mission Sainte-Bernadette pour en devenir l'administrateur le 16 août 1974. Le 6 juillet 1983 il fut nommé curé en la paroisse Saint-Jacques, à Scoudouc, poste qu'il occupa jusqu'à sa nomination comme évêque du diocèse de Bathurst. Monseigneur Richard a aussi travaillé au sein du comité organisateur de la visite du pape Jean-Paul II à Moncton, le 13 septembre 1984.

Ordonné évêque le 5 février 1986 par Son Excellence monseigneur Donat Chiasson en la cathédrale du Sacré-Coeur de Bathurst. Il est décédé le 6 janvier 1989.

 

Monseigneur André Richard ( 1989 - 2002 )

Monseigneur Andre RichardMembre de la Congrégation de Sainte-Croix, monseigneur André Richard est né à Saint-Ignace, comité de Kent, le 30 juin 1937, fils d'Olivier Richard et Eva Babineau. Après ses études primaires à Saint-Ignace, il fit son cours classique à l'Université Saint-Joseph de Memramcook. En 1958, il entra au noviciat des pères de Sainte-Croix, à Montréal. De 1959 à 1963, il poursuivit ses études théologiques à Rome. Il a été ordonné prêtre à Rome le 17 février 1963.

De retour au Canada, il est nommé professeur à l'Université Saint-Joseph. De 1965 à 1966, il étudia à Paris au Centre Dominicain pour les maîtres en formation des membres de communautés religieuses. En 1966, il se spécialise en catéchèse à Strasbourg. De retour dans l'archidiocèse de Moncton, il a été impliqué dans la pastorale des vocations et vicaire à Cap-Pelé. De 1970 à 1976, il fit du ministère dans le diocèse de Yarmouth, en Nouvelle-Ecosse, où il occupa successivement les postes de vicaire en la paroisse Cathédrale, administrateur de la paroisse de Weymouth et administrateur à Butte-Amirault. En 1976, il est élu supérieur provincial de sa communauté au Nouveau-Brunswick, poste qu'il occupa jusqu'en 1985 alors qu'il est nommé directeur de la Maison Sainte-Croix à Pré-d'en-Haut. Il fut ordonné évêque le 9 août 1989 par Son Excellence monseigneur Donat Chiasson, en la cathédrale du Sacré-Coeur, à Bathurst.

Actif au sein de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), il est actuellement membre de la Commission épiscopale d'éducation chrétienne au secteur français. Il avait auparavant fait partie du Conseil permanent de la CECC pendant quatre ans et de la commission sectorielle francophone des communications sociales. En 1999, il a agi comme président du Comité national pour la préparation du Grand Jubilé de l'an 2000. De 1998 à 2000, il fut président de l'Assemblée des évêques de l'Atlantique. Le 17 mars 2002 le pape Jean-Paul II le nomme archevêque du diocèse de Moncton où il sera intronisé le 14 mai.

 

Monseigneur Valéry Vienneau ( 2002 -       )

mgr valery vienneauÉlu évêque du diocèse de Bathurst, Monseigneur Valéry Vienneau est né le 13 octobre 1947, à Cap-Pelé, fils de Stanislas Vienneau et d'Emma Donel.

Il a obtenu un Baccalauréat ès arts mention philosophie en 1968 et un Baccalauréat en Education en 1971 de l'Université de Moncton. Il a enseigné pendant neuf ans dans les écoles publiques de sa paroisse natale avant de faire ses études en Théologie au Collège dominicain de philosophie et de théologie à Ottawa, d'où il a obtenu un Baccalauréat en Théologie en 1980 et une Maîtrise ès arts en théologie en 1987.

Ordonné prêtre le 29 août 1982 pour l'archidiocèse de Moncton, il y a exercé différents ministères. En 1997, il est nommé vicaire général de l'archidiocèse de Moncton et curé de la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption. En 1998, il est nommé aumônier à l'Université de Moncton et curé à Notre-Dame d'Acadie ( Campus universitaire ). En l'an 2002, il est nommé responsable des réaménagements pastoraux pour l'archidiocèse de Moncton et de la formation des membres des équipes d'animation pastorale. En 2002, il a été élu administrateur diocésain. Le 3 juillet 2002, il fut nommé évêque de Bathurst et le 8 octobre Son Excellence monseigneur André Richard lui conférait l'ordination épiscopale.